Dandy Ludique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 26 février 2008

Respawn

Retrouvez nos aventures inédites ici :

lundi 17 septembre 2007

La rentrée

Faudrait pas non plus trop se leurrer, moins d'un post par mois sur ce blog, ce n'est pas ça qui nourrira les éventuels lecteurs venus se paumer ici par inadvertance. Et puis venir ici écrire un truc par lubie ça ressemble à s'y méprendre à de la pitié.

Valentin reprend une Khâgne et tout un tas d'activités et commence à prendre goût à la philosophie. Pascal... Pascal ferait mieux de nous dire ce qu'il devient concrêtement. Et pour ma part je vis très bien ma vie, et une très chouette vie d'ailleurs, chose qui ne souhaite être développée afin de ne pas en rompre le charme.

Pour ma part aussi, j'ai quelques images de fin, de pause, ou de je ne sais quoi. Un truc qui fasse que le mot de la fin, ou le mot de la "pas-fin" ne soit pas "kebab" car je n'aime pas ça, les kebabs.

Rétrospective.








jeudi 9 août 2007

www.mangedukebab.com

oui je suis aux states... Et oui monsieur c'est trés sympa... Allé je vous livre direct la difference fondamentale en tre la west coast et la france: En france tu trouve des kebab partout et sur la West Coast tu trouves des mex partout !!


eeeh pas mal :)
tout cela pour vous livrer ce chef d'oeuvre musical, publicitaire, ou busnesstic... ( à vous de voir?)


http://www.mangedukebab.com/

lundi 23 juillet 2007

Fucking Fac

Ce début d'été fut pour moi un inoubliable méli mélo de formulaire administratif, d'aller retour incessant entre les differentes facs susceptibles de m'acceuillir l'an prochain... Eh bien mes amis, quelle déprime! Je ne suis acceptable nul part! Ce n'est pas que j'ai un trop mauvais bac mais il date d'il y a deux ans, de plus mon parcours n'est pas typique (quoi que en ce moment plutôt) deux échecs consécutifs à PCEM1... Ainsi je me retrouve coincé entre les PCEM de Paris 6/5... et les nouveaux bacheliers qui sont tous prioritaires pour les inscriptions.
De toute façon les transferts sont finis de puis le 29 juin, et les procédures pour paris 7 ouverte plus tard.. Quelle coordination mes amis!
Cependant je ne fais pas ce post pour étaler mon triste sort, pour vous émouvoir ou pour que vous me pistoniez vers une fac sympathique... Non je fais ce post pour dénoncer la privatisation, et l'indépendance acrue prôner par la réforme Sarkozaïe... Imaginez vous la galère pour s'orienter, se réorienter etc...

Autres problémes de l'administration à prendre en compte: le passage de l'apprentissage sur site au CNED, et vice versa, qui sont d'un compliqués...
Je n'ose m'imaginer comment revenir faire ses études en France aprés un an à l'étranger...
On a beau dire que l'éducation manque de personnel c'est peu crédible quand je vois qu'on m'a fait attendre de 13h à 15h30 la fin de la pause déjeuner d'une directrice de filière à p6...

vendredi 20 juillet 2007

Petite page de publicité


Hou la vilaine, j'utilise cette page pour faire vulgairement de la pub. Figurez vous que j'ai été récemment embauchée comme barmaid au grand palais à l'occasion des étés de la danse. Mais figurez vous de plus que mes employeurs, persuadés que l'étiquette Havana Club leur assurerait un prestige total, ne se sont pas vraiment penchés sur une campagne de pub adaptée.

Ce qui signifie que les deux équipes au bar se font royalement chier à partir de minuit. Au passage, nous étions censés être embauchés jusque 5h du mat ...

Bref, voici le message, sinon je vais être en retard au taf : à partir de minuit, tous les soirs sauf le lundi, entrée gratuite au grand palais sur les champs, afin de se murger ou de danser simplement sous la grande verrière et les ventilos sur de la musique cubaine.

Franchement, on sera râvis de vous servir ce que vous voudrez, et ça ferait plaisir à l'apprentie barmaid que je suis... !

Les étés de la danse.

dimanche 15 juillet 2007

La nuit des morts-vivants

Il y a de cela bientôt un mois, notre cher blog disparaissait sous les spams…Et vous voilà aujourd‘hui, dix kilos en moins, écoutant du Damien Rice au milieu des paquets de mouchoirs vides, dans votre appartement aux volets fermés, à la lueur d’une bougie. De leur coté vos rédacteurs chéris ont brûlé des cierges, fait tourner des tables, récité des incantations vaudoues dans des caves…Et visité le site de free, en dernier recours. Et nous revoilou (ne vous demandez plus pourquoi il se met enfin à faire beau).
Je ne vous cache pas qu’avec le bébé disparu, je ne me sentais pas le courage de repartir à l’aventure tout de suite, ce qui n’a pas été le cas de Lilac Wine-Stella qui nous a pondu un très prolifique gribouille. Bon et maintenant? D’abord refaire de la pub partout pour retrouver nos visiteurs de naguère (merci de passer le message), et puis peut-être assumer un peu plus le coté graphique du site. Ah et puis bon, on va vous quitter quelques temps, Stella pour le Kirghizistan (bien orthographié?) et moi-même pour un petit périple entre mojos. Doutant de l'éventualité que Chaman revienne, je ne vous promet pas grand chose pour les deux semaines à venir, et donc je ne vous recommande qu'une chose : Sortez prendre le soleil nondidjiou.

dimanche 24 juin 2007

Mayo-orange

vendredi 22 juin 2007

Nanif


Rah il est loin le temps où je piquais les pulls trois fois trop grands de ma mère ...
Bref...
Sachez mesdames et messieurs qu'un anniversaire sous la pluie n’est pas un anniversaire pourri.
Ça au moins, c’est dit.
Mes bonnes idées et moi avions invité une énorme vingtaine de personne à communier avec nous sur le thème de mes 20ans. Le tout en plein air, face à Bercy avec not'pote la Seine. Il est alors certifié que la météo parfois, ne se trompe pas et que la nature quand elle le veut, ne fait pas de cadeaux. Aux premiers seaux d’eau, nous partîmes nous réfugier sous une jolie passerelle, dite de Simone de Beauvoir. Certes... Beauvoir-Lavoir, le lien me parait maintenant évident.
Je ne félicite vraiment pas Simone, ni l’architecte, ni qui que ce soit en relation avec ce pont troué qui laissait allégrement passer les gouttes. Car aux seconds seaux d’eau, certains déjà bien trempés se sont enfuis pour des raisons évidentes. Quant à la pastèque on la retrouva enrichie de l’eau de Paris pour l'abandonner dans une poubelle à sa sordide destinée (merde quoi un truc de sept Kg à deux euros le Kg, ça fait mal !). Ensutie nous envisageâmes d’aller squatter le métro pour finalement décider -alors que je commençais à pleurer comme une conne, de rester tels quels, trempés, sur les quais sous un ciel terriblement noir et menaçant pour se les boire –bordel, ces bouteilles qui n’attendaient que ça.
Alors merci à vous, Lyonnaise, Franciliens, Parisiens, d’avoir bien voulu survivre, d’avoir sorti le fromage et les chips, de vous êtres imbibés avec moi dans les deux sens du terme, et de ne pas m’avoir secoué comme un prunier en me demander d’où m’était venue cette idée stupide. Merci d’avoir bondi dans les flaques avec ce qui restait de moi, merci d’avoir fait péter les guitares en prime, merci d’avoir dit merci après, enfin merci quoi !

La prochaine fois, on se l’fait à midi en plein cagnard ok ?

Et sachez au passage que j'ai été EXTREMEMENT gatée. Des tas et des tas de trucs pour dessiner, donc des tas et des tas de potentiels carnets de voyage !

+ un vélo refait avec amour, une imprimante/scanner, un sac-à-viande tout doux, des manuels de survie, des pinceaux, des pinces à linge, un Moleskine (!)... ectralalalala

lundi 18 juin 2007

Cross


Cela faisait environ deux ans que je n’avais daigné poser mon noble pied sur une pédale.
Ne t’emballe pas cher lecteur, je te cause vélo aujourd’hui. J’ai testé le cross. Enfin je ne pense pas qu’à mon niveau on puisse vraiment parler de cross, plutôt de balade boueuse et bruyante (car je crie fort), une véritable course contre la chute… J’ai toujours été nulle dès qu’il s’agissait de tenir debout d'embée, alors allez imaginer ce que ça donne sur deux roues. J’en ai tiré cependant quelque chose d’intéressant. Un proverbe dont je suis assez fière puisque son essence s’est jetée sur moi alors que je manoeuvrais maladroitement près d'un énorme tronc : « Les plus belles gamelles, c’est celles qu’on évite » Sylvan n’était pas convaincu, mais j’ai gardé tout de même au chaud mon allégresse… Plus sérieusement, qui n’a jamais vanté l’extraordinaire d’un accident qui a failli lui arriver, d’une chute qui s’est presque déroulée, d’une cascade de justesse évitée ?
J’ai failli sauter par-dessus une barrière et me ramasser dans un fossé en faisant des tourbillons sur moi même, j’ai bien manqué de me ramasser méchamment en glissant sur un caillou pour terminer contre un arbre aplatie, je me suis baissée à tant pour éviter une énorme branche qui m’aurait certainement envoyé valdinguer à quelques kilomètres. Et encore je m’empêche d’extrapoler à mort… Les plus belles gamelles donc, ce sont celles qui n’ont jamais lieu. Le seul souci c’est qu’elles ne sont que pour nous, car le cœur qui bat au moment même où on redresse in extremis devant un obstacle, je doute qu’on puisse le partager avec quiconque.

Cela dit, pas d’inquiétudes, je me suis bien mangée sur le sol aussi, dans les ronces, les orties et la boue. Mais c’était toujours en dérapant bêtement, … quelle platitude !
Celui là en tout cas... Je pense que sa gamelle réelle valait le détour...

Ah, et fiesta donc demain sur les quais de la BNF (ligne 14) à partir de 20h